Madagascar

La vue d'ensemble

Debt vs GDP / Bonds vs bills

All Data - Madagascar

Year 2011 2012 2013 2014 2015 2016
GDP (billions US$) - - - - - -
Total Outstanding Amount (Billion US$) - - - - - -
Bonds - - - - - -
Bills - - - - - -
Outstanding Amount/GDP (%) - - - - - -

Actualités

Résumé pays

Les marchés financiers de Madagascar sont encore à un stade embryonnaire et limité au marché des instruments de dette à court-terme (marchés monétaire, interbancaire et de change). Il n'existe pas de marchés de capitaux et les actifs du système financier représentaient 31,3% du PIB en 2013.  La croissance du secteur financier est projetée à 5,3% en 2014. Le secteur bancaire est le plus proéminent avec 74,4% des actifs du système financier en 2013. En 2013, on dénombrait 11 banques commerciales, 5 institutions financières et 31 institutions de micro-finance. La Commission de Surveillance Financière et Bancaire est l'organisme en charge de superviser et de réguler le système financier. 

Le secteur bancaire malgache est très concentré: les 4 plus grands banques détiennent 86% du crédit total du secteur et 88% des dépôts du secteur en 2013. La plupart des activités des banques commerciales ont lien avec les activités d'intermédiation bancaire traditionnelles. Le secteur est caractérisé par un surplus de liquidité: le ratio de liquidité était de 43,2% en 2013. Le profit provisoire était de 134,3 milliards en 2013 et le ratio de solvabilité de 15%, bien au-dessus du seuil requis de 8%; le ratio des capitaux propres était de 7,9% en 2013.

Aux côtés du secteur bancaire, les industries des fonds de pension et de l'assurance opèrent; ce sont cependant des industries embryonnaires. En 2013, ces industries représentaient chacune 2,5% du PIB national; les actifs de l'industrie des fonds de pension pesaient 7,9% des actifs du secteur financier alors que l'industrie de l'assurance pesait 8,1%. En 2013, l'industrie de l'assurance comptabilisait 5 compagnies d'assurance, 5 courtiers et 17 agents; le secteur de l'assurance malgache joue un rôle important dans la mobilisation des ressources et l'allocation des fonds. L'industrie des fonds de pension est dominée par des fonds publics (3 fonds de pension public et 1 fonds privé). 

Les marchés des capitaux sont quasi non-existants et se limite au marché de la dette domestique. Il n'y a pas de bourse de valeurs. Pour 2013, l'encours des bons du Trésor par adjudication (BTA) s'élevait à 1,132 trilliards d'ariary; l'émission nette des bons se montait à 30,4 millions d'ariary. La Banque Centrale de Madagascar (BCM) est la seule institution autorisée à émettre des bons du Trésor, communément appelés Bons du Trésor par Adjudication (BTA) à des fins de financement du déficit budgétaire.

Madagascar sort juste d'une crise politique qui a eu pour conséquence son bannissement des associations régionales, telles que le Common Market for Eastern and Southern Africa (COMESA) and Southern African Development Community(SADC) ainsi que d'enregistrer des taux de croissance nulles: -3.7% en 2009 et 0,6% en 2010. Les prévisions pour le futur sont optimistes: le taux de croissance pour 2014 est prévue à 3%, un taux déjà atteint en 2012; en 2015, le taux de croissance est prévu à 5% grâce à la reprise des partenariats avec les institutions internationales en 2015.

Le développement économique du pays est guidé par un plan de développement, le Plan National de Développement, dont la vision est de transformer Madagascar en une nation moderne et prospère grâce à une croissance inclusive et durable; les objectifs à moyen terme de ce plan sont incorporés dans la Politique Générale de l'État (PGE).

Politique monétaire et gestion de la dette publique

L'objectif de La Banque Centrale de Madagascar (BCM) est d'assurer la stabilité des prix; elle atteint cet objectif en surveillant les niveaux du taux d'inflation; les prévisions 2014 pour le taux d'inflation sont de 7,1%. La BCM fait usage d'instruments monétaires indirects pour conduire sa politique monétaire: les réserves obligataires, le taux directeur et les opérations d'open market. 

Suite à la crise politique de 2009, une gestion fiscale appropriée était primordiale pour la promotion et la reprise de la croissance économique. Pour 2014, le déficit public était de 2,7%, dont la moitié doit être financé sur le marché domestique. en 2015, le déficit devrait s'aggraver en atteignant 3,5% du PIB en raison de la stagnation des revenus. 

La dette domestique pour 2015 est prévue à 281,9 millions d'Ariary; de ce montant, les opérations d'émission de dette représente 52,8 millions d'Ariary. La loi des Finances de 2015 prévoit que le plafond de l'endettement du pays est de 2,6 milliards d'Ariary.

Structure du marché

Acteurs du marché

Émetteurs

La Banque Centrale de Madagascar (BCM) est actuellement l’unique émetteur de dette malgache.

La base des investisseurs

Les banques commerciales formaient le corps des investisseurs; elles sont principalement présentes dans les offres compétitives.  Le marché non-bancaire occupe principalement le segment des offres non-compétitives. Vu que les acteurs sont peu nombreux sur les offres non-compétitives, le rendement sur les instruments du gouvernement est en déclin.

Autres intermédiaires

Les autres acteurs sur le marché sont les compagnies d’assurance ; les investisseurs étrangers sont tout autant actifs sur le marché secondaire des bons du Trésor.

Instruments émis

Les Bons de Trésor par Adjudication ou BTA sont émis par la BCM pour le compte du Trésor National. Ces bons sont disponibles pour les échéances suivantes : 4-semaines, 12-semaines, 24-semaines et 52-semaines. Ils sont émis à chaque deux semaines.

Les bons du Trésor à moyen terme (Bons de Trésor FIHARY) ont pour échéance 1-, 2- et 3 ans; ce sont des instruments qui peuvent être transigés sur le marché secondaire. Le Trésor National Malgache est en charge d'émettre ces instruments. 

Le bon à 52 semaines est l'instrument le plus demandé. 

Marchés primaire et secondaire

Marché primaire

Le marché primaire des bons du Trésor est fonctionnel depuis mai 2007.

Les institutions financières et tout agent économique non-exclus des schémas de refinancement sont éligibles à la fonction de Négociants Principaux (Primary Dealers ou PDs). Les PDs sont approuvés par le Ministère des Finances. Pour maintenir son statut, un négociant autorisé doit soumettre au minimum l’équivalent d’un montant de A 4 million par an et un minimum de A 1 million d’instruments du gouvernement.

Depuis 2006, le Trésor malgache a fixé un taux maximum ; il indique également le montant total qui doit être levé le jour de l’adjudication. Les offres effectuées en-dessous du taux maximum sont toutes honorées aux taux minimal de soumission. Les courtiers et les institutions non-bancaires dominent sur le marché secondaire en termes de volume des transactions.

Marché secondaire

La négociation sur le marché secondaire a été introduite en novembre 1997. Le montant prévu des offres pour 2015 est de 1,886 milliards d'Ariary.

Le marché est ouvert à tout investisseur.

Compensation, règlement et conservation

Le règlement a lieu le vendredi suivant le jour de l’adjudication (il faut noter que les adjudications ont lieu chaque deux semaines, le mercredi). En tant que régulateur central des marchés des capitaux à Madagascar, la BCM fait également office de chambre de compensation et de dépositaire central des instruments de dette.

Lois sur la protection des investisseurs

Même si le climat des affaires a été amélioré, Madagascar reste un pays ou le climat des affaires reste difficile. Madagascar est classé 148e sur 189 pays d’après le rapport 2014 Doing Business de la Banque Mondiale. L’instabilité politique, le coût élevé du crédit et l’infrastructure inadéquate (la faible qualité des installations électriques et les coûts élevés des moyens de transport) rendent l’investissement à Madagascar difficile.

Guide d’achat des obligations

Ouverture aux investisseurs internationaux

Le Economic Development Board de Madagascar (EDBM) continue d’assurer du soutien aux investisseurs étrangers, en dépit de la suspension temporaire du financement de la Banque Mondiale. Le gouvernement malgache encourage l’investissement public étranger, en rendant le processus d’investissement le moins administratif possible; cela prend désormais 4 jours ouvrables pour enregistrer une compagnie et une semaine pour rassembler les signatures nécessaires pour démarrer une compagnie.

Par ailleurs, il n’y a aucune loi ou régulation permettant aux entreprises du secteur privé à adopter des articles d’incorporation ou d’association qui limite ou interdit la participation ou le contrôle.

Procédures relatives à une participation sur le marché

Les règles de participation sur le marché des bons du Trésor sont disponibles sur le site de la Banque Centrale; ces règles différent selon qu'il s'agit des bons de Trésor à court terme ou des bons à moyen terme.  

Pour participer aux adjudications des Bons du Trésor à moyen terme (Bons du Trésor FIHARY), il faut détenir un compte auprès du Trésor Malgache. La participation est organisée telle que suit: du 1er au 10 du mois, seules les banques commerciales peuvent participer jusqu'à 50%, le secteur non-bancaire peut participer pour l'autre 50%; du 11 au 15 du mois, tous les autres investisseurs peuvent participer.  

Pour participer aux adjudications des BTA, il faut détenir un compte bancaire. Les adjudications sont ouvertes à tous. Le montant minimum de souscription pour les offres compétitives et non-compétitives est de 20 millions d'Ariary et une somme égale à 5% de l'offre est requise initialement; toute offre supplémentaire doit se faire en tranches de 10 millions d'Ariary.

Fiscalité

À compter de janvier 2012, l’impôt sur le revenu des capitaux mobiliers (IRCM) est le taux d’impôt applicable sur tous les paiements d’intérêt; ce taux est fixé à 21%.

Notation

L’agence de notation S&P a cessé de publier une notation pour le crédit souverain de Madagascar depuis que le pays a expérimenté des tourments politiques en 2008.