Malawi

Résumé pays

Performances macroéconomiques et perspectives


Le PIB réel a progressé de 5,0 % en 2019, selon les estima- tions, contre 4,0 % en 2018, malgré les effets du cyclone Idai. La croissance a été soutenue par une stabilité macroéconomique continue et une amélioration des performances agricoles (la production de maïs a augmenté de 25,7 % en 2018/19).

L’inflation annuelle était estimée à 9,0 % en 2019 et devrait atteindre 8,4 % en 2020, soit une amélioration au regard du taux de 21,7 % enregistré en 2017. Le taux de la politique monétaire a été ramené de 20,6 % en 2017 à 13,5 % en novembre 2019. Le taux de change s’est stabilisé à 738 kwachas malawiens par dollar en septembre 2019, contre 732 kwachas par dollar en septembre 2018. Les réserves de change équivalaient à 3,7 mois d’importations en juin 2019.

La reconstruction post-cyclone Idai a provoqué des pressions budgétaires. Le gouvernement, confronté à des revenus bas de 19,9 % du PIB et à une dette publique croissante, a poursuivi une politique de réduction de la dette intérieure qui est passée de 30% du PIB en 2018 à 20% en 2019. Les dépenses budgétaires de 2019 ont été réduites, passant de 29,5 % du PIB en 2018 à 25,6 % en 2019. Le déficit de 2019 était estimé à 5,9 % du PIB, et le déficit de 2020 devrait s’éle- ver à 4,3 % et être financé par les ressources extérieures et intérieures.

Le déficit des opérations courantes était estimé à 16,9 % du PIB en 2019, contre 16,2 % en 2018, sous l’effet de la baisse des prix du tabac. Une détérioration des comptes courants est prévue à 17,4 % du PIB en 2020 et à 17,8 % en 2021, en raison des importations par le secteur des infrastructures à la suite du cyclone Idai. Le taux de chômage est élevé, 18,5 %, et aggravé par une inadéquation entre la demande et l’offre de compétences.

Facteurs favorables et défavorables

La croissance du Malawi a été robuste au premier semestre 2019, soutenue par l’amélioration des performances agricoles. Les perspectives de croissance du PIB pour les prochaines années sont positives, grâce au rebond de l’agriculture et à l’amélioration de l’approvisionnement en électricité à partir de l’interconnexion Zambie-Malawi. La croissance devrait augmenter modestement et atteindre 5,2 % en 2020 et 5,5 % en 2021, contre 5,0 % en 2019, grâce à des politiques prudentes,

à l’amélioration du financement extérieur, à des termes de l’échange favorables et à des investissements accrus dans l’infrastructure de connectivité le long des principaux corridors commerciaux.

La croissance sera renforcée par le maintien de la stabilité macroéconomique. L’assouplissement monétaire prudent de juin 2019 a signalé une tentative de stimulation de la demande. Le maintien de cette politique favorable pourrait stimuler les flux de capitaux, accroître l’activité économique et restaurer la croissance, car elle favorise le crédit au secteur privé.

Le gouvernement entend accroître la valeur ajoutée des activités économiques par le biais du Projet de loi sur la Zone économique spéciale (ZeS) qui prévoit de réglementer les exportations dans le cadre d’une stratégie nationale d’expor- tation. Le projet de loi propose des ZeS multiproduits pour les oléagineux, la canne à sucre, la fabrication de boissons et l’agroalimentaire. Le Malawi accordera également la priorité aux exportations de thé, de légumineuses, de graines oléagineuses et de minéraux.

Les chocs climatiques, les dérapages de la politique budgétaire et la baisse de la confiance des entreprises pourraient toutefois nuire à l’économie. depuis 2016, les dérapages financiers ont aggravé le déficit budgétaire, et le rapport dette- PIB est passé de 30 à 62 % entre 2013 et 2019.

Avec une dette publique qui dépasse le seuil de viabilité de 60 % du PIB, la marge de manœuvre budgétaire est étroite. Le plan visant à réduire le déficit budgétaire à 2,5 % semble ambitieux, car les coûts de reconstruction après les inonda- tions causées par le cyclone Idai en 2019 sont encore élevés. Les mesures de réduction des risques visant à renforcer la résilience aux chocs des 87 % de Malawiens qui travaillent dans le secteur agricole devraient stimuler la croissance.

Le Malawi, en raison de son enclavement, dépend fortement pour son développement du commerce extérieur par les ports maritimes étrangers de dar es-Salaam en Tanzanie et Nacala et Beira au Mozambique. Le commerce est instable, entravé par des lois interdisant les exportations, par le manque d’infrastructures et par une diversification et un niveau de valeur ajoutée inadéquats. Le tabac représente 50 % des exportations et est vulnérable à la volatilité des prix. Le manque de travailleurs qualifiés rend le marché du travail dysfonctionnel, d’où la nécessité d’une formation profession- nelle et d’un enseignement technique pour améliorer l’em- ployabilité et la productivité.

Source: Perspectives économiques en Afrique 2020

Revenu fixe

L'objectif de la Reserve Bank of Malawi (RMB) est de maintenir la stabilité des prix. La réserve monétaire sert de cible opérationnelle et un Comité de politique monétaire se réunit trimestriellement pour déterminer le niveau du taux d’escompte et d’autres agrégats monétaires clés. Après le pic de 37,9% en février 2013, le taux d’inflation a pu être réduit à 28,1% en 2013.

La stratégie de gestion de la dette du Malawi est guidée par la Loi de gestion des finances publiques de 2003, qui détermine le plafond de la dette publique totale à 25 % du PIB. En 2013, la dette intérieure était de 15,02 % du PIB.

Actuellement, la dette intérieure du Malawi est essentiellement à court terme et composée à 61,1 % de bons du Trésor. Le gouvernement est conscient de ce que la prédominance des titres à court terme constitue un risque pour le refinancement de la dette. En conséquence, il s'emploie à restructurer son portefeuille de créances en en allongeant l'échéance. 

Guide d’achat des obligations

Modalités de participation au marché 

Les investisseurs peuvent soumettre leurs offres directement à l’une des agences de la Banque centrale. Les prospectus et les formulaires pour l’achat de titres d’État sont disponibles auprès de la Reserve Bank of Malawi (RBM).  

Imposition

Tout produit d’intérêt supérieur à 10 000 kwachas est imposable au taux approprié selon la Loi régissant l’impôt sur le revenu. Toutefois, la Première annexe de la Loi sur les impôts exempte les détenteurs de titres publics de tout impôt. 

Les plus-values, par contre, sont assujetties au taux ordinaire de l'impôt sur le revenu jusqu’à 100 %, mais il existe des dispositions d’ajustement en fonction de l’inflation. Les plus-values peuvent également être différentiées selon que les déductions pour amortissements des actifs soient disponibles ou non. 

Cycle de règlement

Le règlement des obligations du Trésor se fait sur une base de T+7. 

Restrictions sur le marché

Ouverture aux investisseurs internationaux 

La règlementation de la Bourse des valeurs du Malawi (MSE) limite la participation de tout investisseur étranger dans un portefeuille à 10 % dans toute catégorie de titre et limite la totalité de tout investissement de portefeuille étranger à un maximum de 49 %.  

Contrôle des mouvements de capitaux 

Les comptes de capitaux ont été libéralisés dans les années 90. Cette libéralisation a été suivie de la libéralisation du régime de change. 

Restrictions sur les devises et le rapatriement des bénéfices 

Le marché des changes est entièrement libéralisé. 

En 2011, la RBM a dû exercer des contrôles de change plus rigoureux pour tenter de ralentir l’épuisement des réserves de change. 

Le rapatriement des dividendes, les remboursements de baux et les intérêts ne sont soumis à aucune restriction. Le capital et les prêts peuvent être librement transférés tant qu’ils proviennent de sources étrangères et sont enregistrés auprès de la RBM

Notation du crédit

La dernière notation du crédit souverain du Malawi remonte à celle de Fitch en 2009. L’agence de notation du crédit a attribué la note B- aux émissions en monnaie nationale. S&P et Moody’s n’a encore jamais évalué le risque de défaut du Malawi. 

Liste des spécialistes en valeurs du Trésor

Le marché du Malawi compte cinq spécialistes en valeurs du Trésor : 

La Malawi Stockbrokers Ltd. est l’institution autorisée par le gouvernement pour gérer les opérations de négociation sur le marché secondaire. 

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.