Swaziland

La vue d'ensemble

Policy Watch

Swaziland Monetary Policy Statement

22/05/2015

Central Bank of Swaziland increased its key rate to 5.5%

Swaziland Monetary Policy Statement

19/03/2015

Central Bank of Swaziland kept its key rate unchanged at 5.25%

Swaziland Monetary Policy Statement

31/07/2014

The Central Bank of Swaziland decided to increase its key rate by 25 bp; the key rate is now 5.25%.

The increase follows the observation of a increasing trend in inflation.

Swaziland Monetary Policy Statement

23/05/2014

The Central Bank of Swaziland decided to maintain its key rate at 5%.

Debt vs GDP / Bonds vs bills

All Data - Swaziland

Year 2011 2012 2013 2014 2015 2016
GDP (billions US$) - - - - - -
Total Outstanding Amount (Billion US$) - - - - - -
Bonds - - - - - -
Bills - - - - - -
Outstanding Amount/GDP (%) - - - - - -

Actualités

Résumé pays

Le Royaume du Swaziland abrite un petit marché financier qui est rattaché à celui de l’Afrique du Sud. Ce lien reflète l’étroitesse des liens commerciaux entre les deux pays : 90 % des exportations du Swaziland et 70 % de ses importations se font avec l’Afrique du Sud. Étant un petit pays, le Swaziland tire la plupart de ses revenus du commerce. Il est membre de plusieurs unions économiques régionales, parmi lesquelles : la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) et l’Union douanière d’Afrique Australe (SACU). 

Le secteur financier fait partie intégrante de la stratégie économique du pays. Le Swaziland aspire en effet à intégrer le groupe des 10 % « de pays à développement humain moyen » d’ici à 2022. Au nombre des objectifs du secteur financier, les autorités du pays aimeraient restaurer la solvabilité des banques, afin de rendre la bourse plus indépendante et voir dans quelle mesure le pays pourrait devenir un centre financier offshore. Toutefois, celui-ci est confronté à de grands défis socio-économiques (VIH-sida, pauvreté et chômage) en plus d’un recul général de l’économie, suite à la récession qui s’est installée dans la région depuis la crise financière mondiale. 

Les banques du Swaziland sont bien capitalisées et liquides. Entre décembre 2012 et 2013, les ratios de solvabilité totale ont baissé de 73,7% à 24,4%. Le secteur est très concentré: on comptabilise 4 banques commerciales, dont 3 détenues par des institutions sud-africaines : Standard Bank Swaziland, Nedbank Swaziland Ltd. et First National Bank of Swaziland. Ensemble, ces trois banques détiennent 85,5 % des actifs totaux du secteur. 

Les établissements financiers non bancaires représentent un segment en pleine croissance de l’industrie financière ; ces établissements regroupent des fonds de pension, des compagnies d’assurance, des coopératives d’épargne et de crédit, la Bourse et d’autres intermédiaires plus modestes. Compte tenu du fait que la croissance du secteur constituait une menace pour la stabilité financière, les autorités ont créé, en 2010, l’Autorité de réglementation des services financiers (ARSF). L’ARSF a été établie en vue de renforcer le cadre réglementaire de ce segment du marché. 

Les marchés des capitaux est encore embryonnaire. La Bourse du Swaziland (SSX) est sous-développée et inactive. Le marché obligataire est embryonnaire. Jusqu’en 1993-1994, le pays jouissait d’un statut de créancier net et les autorités n’avaient pas besoin d’emprunter sur le marché intérieur. Ce n’est qu’à compter de 2010 que la Banque centrale a commencé à émettre des titres du Trésor; en 2011, le gouvernement a interrompu de nouveau son programme d’émission obligataire pour le reprendre en 2013.  

Politique monétaire et gestion de la dette publique

Le principal objectif de la politique monétaire de la Banque centrale du Swaziland (CBS) est de promouvoir la stabilité des prix et de favoriser un climat financier propice à la croissance économique. Compte tenu des liens historiques qui existent entre l’Afrique du Sud et le Swaziland (à travers l’Aire monétaire commune), les politiques monétaires de la CBS sont largement influencées par les politiques de la Banque de réserve sud-africaine (SARB). 

Le Lilangeni, qui est l’unité monétaire du Swaziland, est à parité avec le rand sud-africain qui a cours légal dans le pays. L’existence de cette relation empêche la Banque centrale de mener de façon indépendante sa propre politique monétaire. Elle est en effet limitée dans son utilisation des instruments en la matière : ceux du marché direct (taux de change, taux d’intérêt) ne sont pas utilisés, tandis que les instruments du marché indirect (liquidité et réserves obligatoires) ne sont utilisés qu’à des fins prudentielles. Les autres mécanismes tels les opérations d’«open market », la masse monétaire, le guichet de réescompte (taux d’escompte) ne sont pas non plus utilisés. 

Le Swaziland est confronté à une grave crise budgétaire depuis l’année 2010. Le pays a en effet subi une chute brutale de ses revenus, suite à la détérioration des recettes fiscales de l'Union Douanière d'Afrique Australe (SACU) en conséquence de la crise financière mondiale. Le gouvernement a par conséquent entrepris des mesures pour réduire sa dépendance budgétaire vis-à-vis des revenus en provenance de la SACU; en 2013, ceux-ci ne représentaient que 53% du budget gouvernementale alors que les revenus de la SACU étaient en hausse, en conséquence du taux de change lilangeni/rand.

Le Royaume ne s’est pas encore doté d’une stratégie de la dette intérieure. Les emprunts sur le marché intérieur sont soumis à un plafond défini dans la Loi sur les bons du Trésor et les titres d’État de 1994 (telle qu’amendée en 2003). Par ailleurs, une loi sur la gestion des finances publiques et un plan d’action sont en cours d’élaboration ; le projet de loi sur la gestion des finances publiques (GFP) formule une stratégie de la dette à moyen terme, assortie de mises à jour annuelles et d’exigences de déclaration au Parlement. À l’heure actuelle, le gouvernement du Swaziland peut emprunter jusqu’à concurrence de 25 % du PIB.  

Fin août 2013, la dette publique se chiffrait à 2,8 milliards de SZL, soit 6,72 % du PIB. 

Structure du marché

Acteurs du marché 

Organismes d’émission 

La Banque centrale du Swaziland (CBS) est le principal émetteur de titres de créances de  l’État. 

Il existe un marché obligataire corporatif, où 8 obligations d’État seulement sont inscrites à la cote. 

Investisseurs

Pour la période mars 2013-14, les banques commerciales investissaient prioritairement dans les instruments à court terme alors que les établissements financiers non-bancaires se focalisaient sur les instruments de dette à plus long terme. 

Autres intermédiaires

Trois spécialistes en valeurs du Trésor (SVT) et les courtiers constituent les autres intermédiaires sur le marché des emprunts du Swaziland. 

Instruments émis 

Bons du Trésor

Les bons du Trésor ont des échéances à 91, 182, 273 et 364 jours. La fréquence des adjudications est établie comme suit :

  • 91 jours : hebdomadaire (tous les mercredis).
  • 182 jours : toutes les deux semaines.
  • 273 et 364 jours : mensuelle. 

Obligations du Trésor

Les échéances des obligations varient de 2 à 3, 5 et 7 ans. Fin mars 2013, il y avait six obligations du Trésor en circulation : SG008, SG009, SG011, SG012, SG014 et SG013 ; la SG013 était la seule obligation à taux variable, tandis que les cinq autres étaient à taux fixe. 

Un petit marché de titres de créance des sociétés coexiste avec le marché de la dette publique intérieure, comptant 8 obligations de sociétés cotées actuellement à la Bourse du Swaziland (SSX). 

Rendement à l’échéance et durée moyenne jusqu’à l’échéance 

Le taux obligataire à 91 jours a chuté de 6,8 % en mars 2012 à 6,41% en mars 2013. L’écart entre les taux de la Banque Centrale sud-africaine et ceux du Swaziland s’est réduit de 1,72% à 0,72%.

Marché primaire et marché secondaire

Marché primaire 

Les bons du Trésor sont tous émis en compte courant. 

Les offres multiples sont autorisées, y compris les offres concurrentielles et non concurrentielles. Toutefois, les offres non concurrentielles sont plafonnées à 5 millions d’Emalangeni (E), ou 10 % de l’offre totale, le montant le plus élevé étant retenu. 

Le prix minimal d’une offre compétitive est de 5 millions d’E ; les montants suivants doivent être proposés par multiple de 1 million d’E. Pour ce qui est des offres non concurrentielles, l’offre minimale est fixée à 10 000 E ; les montants suivants doivent être proposés par multiple de 10 000 E. 

Marché secondaire 

Marché de gré à gré ou marché bourier

Le marché secondaire est très peu liquide ; la plupart des investisseurs ont une stratégie d’achat et de conservation. Les titres du Trésor émis sont cotés à la Bourse du Swaziland (SSX). 

Compensation, règlement et conservation 

La Banque centrale du Swaziland (CBS) est le dépositaire des comptes de réserve statutaire pour chaque banque participant au mécanisme de compensation. La CBS supervise le système national de paiement en contrôlant notamment les aspects de sûreté et d’efficience du système. 

Faits récents 

À la suite des efforts déployés pour améliorer le cadre réglementaire au Swaziland, l’article 2 de la Loi sur la réglementation des services financiers de 2010 est entré en vigueur le 1er juin 2010. L’objet de cette loi est de mettre en place un système de réglementation intégré pour les services financiers non bancaires, à savoir les compagnies d’assurance, les fonds de pension, les organismes d’épargne et de crédit, les marchés financiers et autres institutions comparables. 

Au cours du troisième trimestre de 2012, le gouvernement a introduit une nouvelle échéance, l’effet à 182-d'avec plus ou moins de succès; en effet, 50 % des offres, seulement, ont été reçues. 

Lois sur la protection des investisseurs

D’après le Rapport Doing Business de 2013, le Swaziland est classé 128e sur 185 en matière de protection des investissements. 

La Loi sur la promotion de l’investissement au Swaziland de 1998 protège les investisseurs contre les expropriations abusives. Le fait de faire partie de l’Agence multilatérale de garantie des investissements (MIGA) constitue une protection supplémentaire pour les investisseurs. 

Guide d’achat des obligations

Procédures relatives à la participation sur le marché

Le marché primaire est ouvert aux investisseurs institutionnels et aux particuliers. Les banques, les établissements financiers non bancaires, les courtiers, les sociétés, les particuliers et les non-résidents peuvent tous participer aux adjudications. Les investisseurs doivent se mettre en rapport avec les spécialistes en valeurs du Trésor ou se rendre directement à la Banque centrale pour y acheter des bons du Trésor (le processus d’achat de titres à la Banque centrale est néanmoins plus laborieux sur le plan administratif). 

La participation étrangère est limitée, d’où les rares opérations de rapatriement de fonds après la crise financière mondiale. 

Fiscalité 

Les plus-values ne sont généralement pas imposables. Les intérêts sont soumis à une retenue d’impôt de 10 % pour les résidents, tandis que les non-résidents ne sont pas imposés. 

Le Swaziland a établi des conventions en matière de double imposition avec les pays suivants : Royaume-Uni, États-Unis, Allemagne, Maurice et Koweït. 

Cycle de règlement

Le cycle de règlement pour les bons du Trésor est de T+2. 

Restrictions sur le marché 

Ouverture aux investisseurs internationaux

La Swaziland Investment Promotions Authority (SIPA) garantit l’égalité de traitement des investisseurs nationaux et internationaux. Il n’y a pas de pratiques discriminatoires entre ces deux catégories d’investisseurs. 

La SIPA a été établie en 1998, dans le cadre de la Loi sur la promotion des investissements au Swaziland. L’objectif de la SIPA est de réunir les conditions propices à la création d’emplois en encourageant les investissements nationaux et étrangers. 

Les investisseurs internationaux sont autorisés à participer à l’achat de titres du Trésor, dans la mesure où ils s’adressent à des spécialistes en valeurs du Trésor. 

Contrôle des mouvements de capitaux

Il n’y a aucune restriction sur le transfert des intérêts, des bénéfices, des dividendes ou autres plus-values. 

Restrictions sur les devises et rapatriement des bénéfices

La Banque Centrale du Swaziland (CBS) est chargée de surveiller les flux d’investissements étrangers qui entrent et sortent du pays. Elle peut, pour ce faire, filtrer et réguler les devises et les investissements dans le pays. 

Le processus d’obtention de devises au Swaziland est relativement simple. Pour obtenir des devises fortes, il convient de s’adresser à un opérateur agréé. Les règles établissent en outre qu’un résident détenteur de devises étrangères est tenu de convertir ces dernières auprès d’un agent ou d’un courtier autorisé, dans les trois mois (90 jours). 

Liste des spécialistes en valeurs du Trésor

Les spécialistes en valeurs du Trésor dans le système sont :