RD Congo

La vue d'ensemble

Résultats d'Adjudications

Plus de résultats d’adjudications

Adjudications à venir

Plus d’adjudications à venir

Policy Watch

Debt vs GDP / Bonds vs bills

All Data - RD Congo

Year 2011 2012 2013 2014 2015 2016
GDP (billions US$) - - - - - -
Total Outstanding Amount (Billion US$) - - - - - -
Bonds - - - - - -
Bills - - - - - -
Outstanding Amount/GDP (%) - - - - - -

Actualités

Résumé pays

L’économie est restée vigoureuse en 2013 avec une croissance de 8.1 % (contre 7.2 % en 2012), grâce aux industries extractives, mais aussi au commerce, à la construction et l’agriculture. La croissance a bénéficié de l’amélioration de certains éléments du climat des affaires, de la reconstruction des infrastructures et d’une demande soutenue. L’exploitation minière a constitué le principal levier de croissance. Plusieurs sociétés minières sont passées de la phase d’exploration à celle de l’exploitation depuis 2013.

La rationalisation des politiques macroéconomiques et la stabilité des cours des produits de base a permis de contenir l’inflation, qui s’est située à 1.1 %, contre 2.7 % en 2012 et une cible de 4 % en 2013. Le taux de change s’est faiblement déprécié (0.3 %). La bonne coordination des politiques budgétaire et monétaire et le rebond des recettes d’exportation ont par ailleurs accru les réserves de change de la Banque centrale du Congo (BCC). Ces dernières sont passées de 1 213.7 à 1 766.45 millions CDF (francs congolais) de 2012 à 2013, couvrant 9.4 semaines d’importation.

Les indicateurs macroéconomiques sont verts, mais la situation sociale demeure préoccupante. Le marché du travail reste très exigu et les salaires réels n’augmentent pas. La malnutrition, qui sévit fortement, est l’une des principales causes de mortalité. Beaucoup d’enfants restent en dehors d’un système éducatif dont la qualité pose par ailleurs problème. Le défi majeur du pays consiste à mettre l’économie au service du développement humain.

Au plan sécuritaire, la situation s’est un peu améliorée mais certains groupes armés restent actifs à l’Est du pays. Après de violents combats durant les dix premiers mois de l’année, les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) sont parvenues, en novembre 2013, à mettre un terme à la rébellion formée par le Mouvement du 23 mars (M23). Les zones autrefois contrôlées par ce groupe armé restent à sécuriser, et les infrastructures à reconstruire.

La croissance devrait se maintenir à 8.5 % et 8.6 % en 2014 et 2015. Elle sera tirée par le secteur minier (cuivre, cobalt et or), la reconstruction des routes et des infrastructures énergétiques ainsi que les retombées de la campagne agricole lancée en 2012. Sous la pression de la demande globale, l’inflation devrait augmenter, tout en restant inférieure à la cible de 4 %. Ces perspectives dépendent de l’éventuelle résurgence des conflits à l’Est du pays, avec leur incidence possible sur la viabilité des finances publiques et le climat des affaires. Le repli de la croissance dans les pays émergents pourrait se solder par une baisse des investissements directs étrangers et de la demande en minerais.

Le secteur des activités de banque commerciale reste modeste. En 2014, le pays comptait 21 banques commerciales, 2 institutions financières spécialisées, une caisse d’épargne, 120 banques coopératives, 34 organismes financiers, 12 bureaux de change et 19 institutions de microfinance totalisant 800 000 comptes. Deux autres banques sont sur le point de devenir des banques commerciales. Le volume des dépôts s’est accru de 835 millions d’USD en 2008 à 2,34 milliards d’USD en 2012.

En dehors du secteur bancaire, il n’existe pas de marché financier en RDC. Le marché des obligations est inexistant, si bien que le gouvernement de la RDC se procure des fonds à l’étranger.

Source: African Economic Outlook