Seychelles

Résumé pays

Performances macroéconomiques et perspectives


La croissance du PIB réel en 2019, soutenue par le tourisme, la pêche et les services financiers, a été estimée à 3,5 %, en légère baisse par rapport aux 4,1 % de 2018. Cette baisse est attribuable à l’incertitude qui se dessine quant à la performance économique de la zone euro, d’où proviennent la plupart des touristes. L’inflation est restée faible, à 2,6 % en 2019, avec des prix à l’importation plus bas que prévu et une politique monétaire rigoureuse.

Le secteur des services (essentiellement le tourisme) contribue à plus de 80 % du PIB et de l’emploi, tandis que l’industrie ne représente qu’un maigre 16 % (5 % provenant de la fabrication). Le taux de change est resté stable au cours des trois dernières années, s’établissant en moyenne à 13,3 rou- pies seychelloises par dollar en 2017 et à 13,5 en 2018 et 2019, principalement en raison d’une forte présence touristique et à une gestion macroéconomique prudente.

L’équilibre budgétaire est passé à un léger déficit en 2019 (0,1 %) en raison de l’augmentation des dépenses en capital. Le compte courant est resté déficitaire, oscillant autour de 17 % du PIB, financé en grande partie par les investissements directs étrangers (Ide). La dette courante représente 58 % du PIB, contre 130 % lors de la crise financière de 2008.

La croissance du PIB par habitant, de 3,4 % en 2018, est passée à 2,8 % en 2019 selon les estimations, en raison de la croissance plus faible du PIB. Les inégalités sont importantes. Bien que le taux de chômage ait été faible en 2018 (3,5 %), le chômage des jeunes était quatre fois plus élevé (14,5 %).

Facteurs favorables et défavorables

La croissance du PIB devrait s’établir à 3,3 % en 2020 avant de rebondir à 4,2 % en 2021. Le tourisme et la pêche continueront de stimuler la croissance, de même que les investissements privés importants dans le secteur de l’hôtellerie et de la restauration. L’annonce par le gouvernement de plans visant à remédier aux principaux goulets d’étranglement dans le sec- teur de l’électricité et à élargir le rôle des Seychelles dans la chaîne de valeur de l’économie maritime est susceptible d’apporter un regain économique. Le maintien d’une orientation monétaire prudente permettra de maintenir l’inflation à environ 3 % en 2020 et 2021. Le gouvernement vise à réduire sa dette

à 50 % du PIB d’ici 2021 grâce à la discipline budgétaire et à la gestion de la dette. Avec le rebond du PIB, la croissance du PIB par habitant devrait atteindre 3,6 % en 2021.

Le développement du secteur privé et des infrastructures (en particulier l’eau et l’assainissement) devrait améliorer le niveau de vie, et l’assistance technique apportée aux micro, petites et moyennes entreprises en matière d’entrepreneuriat, de développement humain et de développement du marché des capitaux devrait renforcer la compétitivité industrielle.

Les principales potentialités sont le tourisme haut de gamme, une plus grande valeur ajoutée dans les pêcheries par la production non traditionnelle de crevettes, la culture des algues marines et la transformation pour les marchés régionaux et mondiaux (tous ces éléments favorisant une économie bleue durable), ainsi que des services financiers et des technologies de l’information et de la communication efficaces. de fortes entrées d’Ide, en particulier dans le secteur de l’hôtellerie et de la restauration, peuvent également relancer l’économie.

Les Seychelles sont confrontées à un marché intérieur limité, une diversification économique insuffisante et une vul- nérabilité aux chocs extérieurs. Les risques à moyen terme découlent en grande partie de l’incertitude et de la réces- sion potentielle dans la zone euro en raison du Brexit et des tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine. Les efforts persistants du gouvernement pour assainir des recettes publiques pourraient gêner ses plans ambitieux de résorption des goulets d’étranglement dans les infrastructures et d’expansion de la chaîne de valeur de l’économie maritime, ce qui créerait un défi budgétaire.

L’insuffisance de la diversification économique reste problématique. depuis 2015, l’activité économique s’est concentrée encore plus dans le secteur dominant des services. Cette concentration réduit la résilience du pays, comme lors de la crise financière mondiale de 2008, lorsque les Seychelles ont manqué à leurs obligations de paiement de la dette. Le secteur public, y compris les entreprises d’État, prédomine dans la production et l’emploi. Pour combler les inégalités de revenus et éliminer les foyers de pauvreté, la suppression des contraintes pesant sur le secteur privé permettra de créer des emplois, notamment pour les jeunes. Le taux des jeunes sans emploi et non inscrits dans des programmes d’éducation ou de formation est de 22,5 % (25,4 % pour les hommes et 19,3 % pour les femmes).

Source: Perspectives économiques en Afrique 2020

Revenu fixe

Résumé

  • Les Seychelles occupent la 10place du classement ABMDI de 2017. 
  • L’émission de la dette répond principalement à des objectifs budgétaires.
  • Le gouvernement des Seychelles utilise principalement des bons du Trésor dans le cadre de ses émissions de dette.

Stratégie d’émission

L’émission de la dette répond principalement à des objectifs budgétaires. Bien que la priorité à court terme soit de réduire la part de la dette intérieure dans le portefeuille global de la dette, au titre la stratégie de la dette à moyen terme, l’allongement des échéances liées au portefeuille de la dette intérieure est privilégié, tandis que le développement du marché intérieur des titres est un objectif affiché. L’objectif en matière de gestion de la dette à moyen terme est de faire en sorte que la dette publique en pourcentage du PIB atteigne 50 % d’ici 2021.

Avec la crise économique  due au covid 19, certaines mesures ont été prises:

  • Politique monétaire: le taux directeur a été réduit de 100 pb à 4,0% pendant  le T2 2020. Le taux directeur a encore été abaissé de 100 pb à 3,0% pour le T3 2020.
  • Avances au gouvernement: conformément à l'article 40A de la loi sur la banque centrale (2004), telle que modifiée, la Banque accordera des avances temporaires au gouvernement d'un plafond de 500 millions de rands à un taux d'intérêt de 0,0 pour cent, afin de combler le déficit de recettes pour l'exercice 2020.
  • Garantie de prêt garanti par l'État:

Programme de secours du secteur privé (petites entreprises)

- CBS fournira 500 millions de SCR à 0% aux banques et aux AIF pour prêter à 1,5%.

- Ce programme d'allègement comprend un moratoire de 12 mois sur le remboursement du principal et des intérêts après le décaissement du prêt.

- Seules les entreprises MPME dont le chiffre d'affaires ne dépasse pas 25 millions de SCR peuvent bénéficier des prêts de secours d'une durée maximale de 3 ans.

- Au minimum, les prêts existants doivent être en bon état en février 2020.

- Les parties prenantes - notamment CBS, le gouvernement et les établissements de crédit participants - ont accepté de partager les risques des facilités de crédit. Le gouvernement fournit une garantie à la CBS de 70% des fonds décaissés dans le cadre de ce programme.

Programme de secours du secteur privé (grandes entreprises)

-CBS fournira 750 millions de SCR à 0% aux banques et aux AIF pour prêter à 4,5%.
-Ce plan de secours comprend un moratoire de 12 mois (sur le remboursement du principal et des intérêts après le décaissement du prêt.
-Les grandes entreprises dont le chiffre d'affaires dépasse 25 millions de SCR pourront bénéficier des prêts de secours d'une durée maximale de 3 ans.
-Au minimum, les prêts existants doivent être en bon état en février 2020.
-Les parties prenantes - notamment la CBS, le gouvernement et les institutions de crédit participantes - ont accepté de partager les risques des facilités de crédit. Le gouvernement offre à la CBS une garantie de 50% des fonds décaissés dans le cadre de ce programme.

Émissions de référence

Le gouvernement des Seychelles n’a pas défini des valeurs de référence pour ses émissions. 

Courbe de rendement

Le pays ne dispose pas de courbe de rendement de référence. 

Défis liés à la mise en place d’une courbe de rendement efficace

  • Absence de stratégie d’émission : l’émission d’obligations d’État est peu courante. Chaque fois qu’il y a une émission, elle se fait suivant les modalités d’émission continue. 
  • Le marché secondaire est peu liquide et restreint. La plupart des investisseurs achètent leurs titres et les détiennent jusqu’à l’échéance.

Guide d’achat des obligations

Procédures relatives à la participation au marché

Les personnes intéressées doivent s’assurer qu’elles disposent d’un compte bancaire national en monnaie locale. Les demandes sont ouvertes aux personnes physiques adultes (seules ou conjointement) et aux personnes morales, qu’elles soient résidentes ou non.
Les formulaires de demande peuvent être retirés auprès de CBS ou téléchargés sur son site web. Les formulaires d’appel d’offres dûment remplis peuvent être placés dans une enveloppe scellée et déposés dans la boîte d’appel d’offres de CBS destinée aux obligations du trésor et aux bons du Trésor, et être soumis à la division concernée, pendant les heures de travail, tous les jours ouvrables, ou peuvent être envoyés par courrier électronique à tbillsauction@cbs.sc. Dans les deux cas, les formulaires doivent être reçus au plus tard à 8h30 le jour de l’adjudication pour être pris en compte au titre de l’adjudication du jour.

Cycle de règlement

Tous les titres sont réglés dans un délai de T+3.

Imposition

Les Seychelles ne prélèvent pas d’impôt sur les plus-values. En outre, les Seychelles ont signé (28) accords de double imposition avec les pays suivants : Afrique du Sud, Barbade, Bahreïn, Belgique, Botswana, Bermudes, Chypre, Chine, Éthiopie, Indonésie, Guernesey, île de Man, Kenya, Jersey, Malaisie, Luxembourg, Monaco, Maurice, Oman, Qatar, Singapour, Saint-Marin, Sri Lanka, Swaziland, Émirats arabes unis, Thaïlande, Vietnam et Zambie. 

Restrictions de marché

Ouverture aux investisseurs internationaux

Les investisseurs étrangers qui souhaitent investir sur les marchés des capitaux n’ont pas besoin d’une autorisation. Les obligations peuvent être achetées par toute personne physique. Dans le cas d’un groupe de personnes, elles doivent être constituées ou enregistrées selon les lois de leur pays de résidence.

Pour encourager les investissements dans le pays, les Seychelles ont mis en place un bureau et un conseil chargés des investissements, le Seychelles Investment Board (SIB). Un nouveau code des investissements a également été promulgué en 2005.

Contrôle des capitaux

La mise en œuvre des réformes macroéconomiques en 2008 s’est traduite notamment par la suppression des contrôles des capitaux.

Restrictions sur les opérations de change et le rapatriement des bénéfices

La Loi sur la Banque centrale de 2004 a été modifiée lors d’une session de l’Assemblée nationale le 31 octobre 2008, supprimant le contrôle du taux de change par la Banque. Un nouveau système de taux de change a alors été mis en place. La roupie est désormais soumise à un régime de flottement libre.

Il n’existe aucune restriction au rapatriement et à la conversion des devises étrangères et des revenus d’investissement. 

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.