Sierra Leone

La vue d'ensemble

Debt vs GDP / Bonds vs bills

All Data - Sierra Leone

Year 2011 2012 2013 2014 2015 2016
GDP (billions US$) - - - - - -
Total Outstanding Amount (Billion US$) - - - - - -
Bonds - - - - - -
Bills - - - - - -
Outstanding Amount/GDP (%) - - - - - -

Actualités

Résumé pays

La Sierra Leone est un pays où le niveau de pauvreté est d’une gravité extrême, mais qui bénéficie également de nombreux programmes d'aide au développement qui lui parviennent de diverses institutions telles que la Banque africaine de développement (BAD). La Sierra Leone a reçu,  au courant de la période 2006-2011, 61 millions de dollars EU de la Banque africaine de développement. Son économie s'est néanmoins améliorée de façon significative en 2012, à la suite de nombreuses réformes mises en œuvre par le gouvernement. En se référant à la base de données de la BAD, le taux de croissance du PIB en termes réels a atteint 16,68 % en 2012, tandis que le taux d'inflation a baissé de 16,82 % en janvier 2012 à 11,40 % en décembre 2012.

Le secteur primaire représente 51,4 % du PIB et 75 % de l'emploi dans le pays. Dans le secteur tertiaire, la Sierra Leone a connu une expansion rapide du marché de la téléphonie mobile.

L'exploitation du potentiel en ressources minières est relativement importante et devrait contribuer à la croissance du PIB de la Sierra Leone. Le diamant est l'une des principales sources de devises de la Sierra Leone grâce à l'augmentation, de 6,5 % à 15 %, des taxes à l'exportation. L'exploitation des hydrocarbures qui a été lente à se concrétiser devrait également être une source importante de revenus pour le pays.

Le secteur bancaire s’est remis de l’anéantissement qu’il avait subi pendant la guerre. À la fin de 2012, la Sierra Leone comptait 13 banques commerciales. En 2012 l’ensemble des actifs du secteur bancaire se chiffraient à 6 375 milliards de leones. Le secteur bancaire affiche une solidité certaine, au regard du rapport des créances douteuses qui a augmenté de 77,35 % avec un taux de rendement des fonds propres de 17,56 %.

C’est en 2007 qu’a été créée la Bourse des valeurs mobilières de la Sierra Leone domiciliée à la Banque centrale de la Sierra Leone où elle reste encore à l’état embryonnaire. Elle ne compte qu’une seule entreprise cotée sur le marché financier, la Rokel Commercial Bank.

Le Gouvernement de la Sierra Leone est en train d’introduire des réformes dans le secteur financier. La Banque africaine de développement (BAD) encourage ces réformes à travers la subvention de 1,2 million de Dollars accordée à la Banque centrale de Sierra Leone et la formation technique dispensée à son personnel.  

Il n'existe aucune stratégie d'émission de titres de créance en Sierra Leone. Le Ministère des finances établit un budget dans lequel sont prévus les besoins de financements. Les sources de financement sont principalement externes. Les titres d’État émis par le Ministère des finances sur le marché financier sont très modestes. 

La Banque centrale de Sierra Leone émet surtout des instruments à court terme pour la mise en œuvre sa politique monétaire.

Politique monétaire et gestion de la dette publique

En 2012 l'objectif principal de la politique monétaire était d'atteindre et de maintenir la stabilité des prix pour parvenir à une croissance économique forte et durable. La Banque centrale de Sierra Leone (BSL) vise également à renforcer la stabilité du secteur financier et la croissance grâce à la mise en place d’un mécanisme de surveillance renforcé et un d’un cadre réglementaire solide. Dans la poursuite de l'objectif de la stabilité des prix, la BSL continue de mener la politique monétaire dans le cadre d’une stratégie de ciblage de la monnaie. Les opérations relatives à  la politique monétaire ont principalement été effectuées dans le cadre des opérations d’open market, notamment sur le marché secondaire à travers les cessions et les prises en pension en vue d’approfondir le marché interbancaire et de maintenir les taux d'intérêt à des niveaux compatibles avec une inflation faible et stable. Depuis son lancement en février 2011, le taux de politique monétaire (MPR) indique l’orientation de la politique monétaire. Il sert de point d'ancrage pour les anticipations d'inflation et constitue une référence pour tous les autres taux du marché. Le Comité de la politique monétaire définit le taux de politique monétaire (MPR) en fonction de l’évaluation qu’il fait des conditions monétaires et économiques, ainsi que des perspectives d’évolution de l'inflation.

Partant du fait que la plupart des fonds proviennent de l'étranger, il y a tout lieu de penser qu’il n’existe aucune coordination des initiatives entre le Ministère des finances et la Banque centrale.

Structure du marché

Instruments émis et opérateurs du marché financier

Instruments émis

Bons du Trésor : Les échéances disponibles sont les suivantes : 91 jours, 182 jours et 364 jours. Les bons du Trésor ont été introduits en 1964, avec une échéance de 91 jours. Les offres doivent être soumises pour un minimum de 50 000 leones  et par des multiples de 50 000.

Obligations d’État : L'échéance disponible est de 12 mois. Les obligations d’Etat ont été introduites pour la première fois en 1993.

Opérateurs du marché financier  

La Banque de Sierra Leone est la banque centrale du pays. Elle émet les titres de dette au nom du Ministère des finances. Elle est responsable de la conduite de la politique monétaire.

Les banques commerciales et les firmes de courtage à escompte interviennent sur le marché primaire et jouent le rôle de négociants principaux à travers lesquels les clients ont la possibilité de participer aux adjudications. Les banques commerciales détiennent environ 69 % de l’encours total de la dette. Le marché obligataire est principalement destiné aux banques commerciales.

La Caisse nationale d’assurance maladie et de sécurité sociale (NASSIT) est un fonds de pension. La Banque centrale a dissout son Fonds de pension et pris d'autres dispositions pour la migration du fichier de l'ensemble du personnel à la NASSIT.

Marché primaire et marché secondaire

Marché primaire

L'emprunt national pour 2012 a atteint 313,34 milliards de leones. Il est parvenu à hauteur de 88,63% du montant budgétisé équivalent à 188,64 milliards leones. Le rendement annuel moyen sur les bons du Trésor à 91 jours a diminué de 22,69 % en 2011 à 19,13 % en 2012 ; celui des bons du Trésor à 182 jours est passé de 28,9 % en 2011 à 25,56 % en 2012  et celui des bons à 364 jours a baissé 28,39 % à 25,85 %. Le rendement annuel moyen des obligations d’État est resté le même, soit 20%.

À la fin de 2012, l'encours total des instruments de la dette intérieure a atteint 1 268,64 milliards de leones, soit une augmentation de 32,8 % par rapport à 2011. Les bons du Trésor représentent 91,3 % de l‘ensemble de l’encours de la dette intérieure.

Marché secondaire

Le marché secondaire est relativement peu liquide. Compte tenu des charges fiscales qui s’appliquent sur les instruments adjugés avant l'échéance, le marché secondaire est un marché des placements à long terme. La Banque centrale de Sierra Leone intervient, toutefois, comme acheteur en dernier ressort, mais à un prix inférieur. En 2012, la Banque centrale a vendu des titres de dette pour 338,82 milliards de leones à travers la facilité permanente de prise en pension pour soutenir les opérations monétaires actives. Le volume des opérations de pension atteint 386,89 milliards de leones, soit une baisse de 8 % par rapport à 2011. Toutes les opérations de pension sont effectuées au taux de la politique monétaire.

Compensation, règlement et conservation des titres de dette

Le règlement des titres de créance se fait manuellement. La Banque centrale crédite le compte de titres et débite le compte détenu dans son portefeuille.

Protection des investisseurs

L’organisme responsable de la réglementation des institutions financières et des marchés financiers est la Banque de Sierra Leone.

Guide d’achat des obligations

Procédures de participation au marché boursier 

Les bons du Trésor sont vendus aux adjudications hebdomadaires au cours desquelles est déterminé le rendement annuel, sur la base des offres présentées. Ils sont dématérialisés et consignés dans les journaux comptables tenus par la banque centrale. Les instructions relatives au transfert de titres de créance émanent généralement de la banque centrale. Les bons du Trésor sont vendus à un cours inférieur à leur valeur nominale, mais la valeur nominale est remboursée à l'échéance. La différence entre le prix d'achat et la valeur nominale représente la rémunération du titre.

Les obligations d’État sont vendues au pair sur le marché primaire au pair lors des adjudications mensuelles. Les versements des intérêts sont effectués tous les trimestres et se présentent sous forme de quatre coupons d'intérêt liés aux titres. Il existe une la date limite à laquelle les banques commerciales doivent payer les intérêts dus.

Une semaine avant l'adjudication hebdomadaire, les détails sont publiés sur le site Internet de la banque centrale.

Les investisseurs potentiels peuvent acheter ou vendre des bons du Trésor directement à partir d'autres personnes ou institutions, selon les conditions fixées de commun accord, sans restrictions ni à l'achat ni à la vente. Il s'agit, toutefois, d'un marché de gré à gré. Dans le cas d’opérations sur le marché secondaire avec la banque centrale, les opérateurs sont tenus d’avoir un compte à la banque centrale.

Les obligations d’État ne sont pas enregistrées. Elles ne peuvent être transférées aux transactions sur le marché secondaire que sur la base de négociations bilatérales. De telles opérations s’effectuent également sur le marché de gré à gré.  

Cycle de règlement

Il ne semble pas y avoir de date fixe pour le règlement des titres de dette. Le cycle s’achève lorsque le client reçoit, de manière explicite ou implicite, la confirmation de paiement.

Imposition

Les intérêts créditeurs à l'échéance sont actuellement imposés à 15 %, et les revenus provenant de la vente de titres de dette avant l'échéance sont imposés au même taux majoré d'une pénalité de 5 %.

Notation

Agence de notationNotation actuellePerspective
Moody’sPas de notationPas de perspectivs
FitchPas de notationPas de perspectivs
Standard and Poor’sPas de notationPas de perspectivs

Négociants principaux 

Les opérateurs du marché désignés comme négociants principaux doivent, pour obtenir leur agrément, détenir un compte de dépôt à la Banque centrale.

Restrictions 

Ouverture aux investisseurs internationaux

Les investisseurs étrangers peuvent accéder au marché obligataire et de titres de dette d’État dans les mêmes conditions prévues pour les nationaux. Il n'existe pas de dispositions réglementaires discriminatoires contre les opérateurs étrangers.

Contrôle des capitaux

Le gouvernement de la Sierra Leone n'a pas défini les règles qui limitent la circulation des capitaux. Il n'existe pas de contrôle ni de restriction liée à la détention de capitaux par les étrangers.

Restrictions sur les opérations de change et le rapatriement des bénéfices

Il n'existe pas de restrictions en matière d'obtention de devises. 

Le Code des investissements garantit aux investisseurs étrangers le droit de rapatrier les bénéfices et les avantages découlant de la vente d'instruments financiers. Il n'existe pas de restrictions sur la conversion ou le transfert de fonds liés aux investissements, y compris sur le transfert des fonds relevant des capitaux d'investissement, les revenus, les remboursements de prêts, et les paiements de loyer.

Documents et ressources

Documents - Ministère des Finances

Documents - Banques Centrales